Nippon Sekai : le nouveau monde

Une catastrophe : la fin d'un monde et la naissance d'un nouveau. Découvrez l'aspect de cette nouvelle Terre où la féérie a prit une place importante...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à vous, chers invités du sol Nippon

Partagez | 
 

 Réveil d'une sieste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Réveil d'une sieste   Ven 19 Mar - 15:27

La pluie perçait l'épais et dense feuillages des arbres de la forêt, imprégnant le sol et l'air ambiant d'une humidité tenace, imprégnant le pelage de l'animal d'une multitude de goutelletes semblable à la rosée . Grognant d'être ainsi réveillé par cet élément essentiel de la nature,le chien ouvrit lentement et péniblement ses yeux de fauve, encore engourdie par ce sommeil plus que mérité. Après un baillement à s'en décrocher la machoire, dévoilant une rangée de crocs aiguisés, l'imposant animal se faufila entre les racines et se redressa sur ses pattes avant de s'étirer en soupirant, traçant de ses griffes de profond sillons dans le sol meuble, l'esprit assaillit par de mauvais souvenir liés à la pluit.

Il avait trouvé refuge la veille dans cette cavité abritée par les racines d'un arbre de taille assez impressionante et avait décidé d'y rester le temps de l'intempérie mais le sommeil l'avait surpris et la pluie ne semblait pas vouloir s'arretter, ce qui arracha un grognement de désaprobation au chien qui s'éloigna en trotinnant de son abri de fortune. La paresse qui le définnissait le poussait à retourner se lover entre les racines, à l'abri des attaques diverses mais Toya avait les crocs. L'élégant animal aux long poils bruns s'éloigna donc dans une course silencieuse, cherchant une proie qui pourrait le soustraire à sa faim dévorante. Yokai ou humain, il s'en fichait, tant qu'il y avait de quoi le repaitre.

Un bruit fit pivoter les oreilles de l'animal sur son crâne, cherchant à en définir la source. Il n'était pas seul semblerait il. Se glissant entre les arbres ou il se tapit sour le feuillage d'un buisson, le chien attendit, prêt à bondir sur son futur diner mais il se révélait qu'il ne s'agissait que d'un tout petit Yokai, ce qui lui fit songer qu'il perdrait plus d'énergie à le tuer qu'il n'en gagnerai en le dévorant. Grognant et effrayant le petit être au passage, il se redressa et tourna les talons, songeant qu'il pourrait aller faire pitance dans un village des environs. Les humains s'apparentaient plus à des monstres que les yokais, mais il fallait admettre qu'ils étaient doués pour la cuisine, ce que le chien à l'odorat aiguisé ne pouvait qu'apprécier.

Une fois de plus, un bruit le sortit de ses pensées pleines de nourriture et ,hûmant discrèteent l'air de la forêt qui ne lui révéla pas grand chose, le canidé se renfonça dans un buisson pour se masquer des regards en attendant de savoir à quoi il avait à faire. Peut être une appétissante jeune fille apparaitrait elle et , prennant peur en le voyant émerger de la verdure, lacherait elle son panier garnie de provisions exquises. L'eau à la bouche, l'animal se cucha pour attendre à son aise, essyant de ne pas penser à l'eau qui inhibait désormais sa fourrure et le refroidissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Ven 19 Mar - 17:45

    Marcher, marcher, encore et encore. Depuis environ trois jours, Shin n'avait pas encore trouvé âme qui vive dans cette forêt dense et peu accueillante. Qui a eu l'odée folle de penser qu'il y aurait des personne recluses dans ce petit coin de paradis, pour rester ironique à souhait, si ce n'est que ce cher Shin, qui se refusait de penser qu'un endroit, aussi dévasté et vide soit-il, pouvait à ce point rebuter toute personne à venir s'y réfugier. En effet, aucun endroit sur cet archipel n'était à l'abris d'une quelconque menace extérieure, aussi bien du côté des yokai que du côté des intempéries, toujours plus agaçante jours après jours. Car vivre était devenu un défi en soit : donner la vie n'était d'ailleurs pas la chose la plus aisée qu'une femme pouvait imaginer faire un jour dans ce monde hostile et dangereux. Bien trop souvent utilisées comme des outils plutôt que comme des individus à part entière, on a tendance à délaisser la gente féminine, expliquant par ailleurs la diminution de la population de sexe féminin.
    Shin a d'ailleurs de la chance de voir le jour, et surtout, a eu de la chance d'avoir le soutient d'une figure maternelle qui ne le considérait pas comme un être dont le seul destin était de faire survivre les autres. Malheureusement pour lui, le destin le rattrapa, et il entra de manière omniprésente dans sa façon de vivre.


    Plus que jamais déterminé à aider les personnes dans le besoin, il ne semblait pas perturbé dans sa quêtes bienfaitrice dans le but de redonner au genre humain ses lettres de noblesse jadis si présentes et ô combien importante.


    La pluie avait enfin cessé, et Shin ne put que constater avec dépis son état quasi de " décomposition " : totalement trempé, les vêtements lui collant à la peau, limite s'imprégnant avec ardeur en lui comme une sangsue fraîchement pêchée dans une rivière infâme, infestée de créature toutes plus répugnantes les unes que les autres, la nourriture dans son bardas presque sauve mais en partie gâchée... Autant parler de journée normale, en ces temps de famine et de mort omniprésente.

    La faim commençait à le ronger, et il s'installa, toujours autant dépité, avant de sortir de son sac une boulette d'onigiri sans saveur, hormis cette petite feuille de menthe donnée généreusement par une enfant reconnaissante dans un village précédemment visité et encore une fois sauvée.

    " Putain de merde, la seule boulette avec un parfum complètement foutue, fait chier !! "

    Il balança les restes immangeables pour lui dans les buissons derrière, puis se rabattit sur une dernière qui s'était cachée tout au fond du sac : l'Eldorado de la boulette, la cerise sur le gâteau... autant d'expressions lui rappelant que l'oisiveté était un rêve bien lointain pour ce jeune homme déjà abîmé avant l'âge.
    Ces buissons, derrière lui et cités plus haut, n'étaient pas vide pour autant, et Shin eu l'impression que ce qu'il venait de lancer avait vraisemblablement disparue :


    " Je dois avoir besoin de sommeil moi... "

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 20 Mar - 18:19

Manque de chance, il s'agissait d'un homme, et un qui n'avait pas l'air de vouloir s'enfuir devant un monstre. Dommage pour lui mais il resta cependant immobile, la truffe frémissante à l'odeur de nourriture qui se dégageait du sac du voyageur, voyageur qui s'installa juste devant lui. Le chien ne savait pas si il avait fait quoique ce soit pour l'attirer, mais la chance était bien avec lui pour l'instant. Les oreilles pointées vers l'avant, l'animal s'avança un peu pour mieux voir juste avant que des restes de riz ne lui soit lancé dessus, reste qu'il accueillit gueule grande ouverte et engloutit avec appétit. Il ne savait pas qui était cet homme mais il lui semblait être agréable.


Malheureusement, ce n'était pas ces quelques grains de riz qui suffiraient à calmer sa faim, l'animal décida donc d'utiliser une technique très courante à ceux de son espèce: la mendicité. S'extrayant des buissons , il contourna le jeune homme en remuant joyeusement la queue, prenant un air de chien battu et gémissant comme une âme en peine. L'honneur et l'orgueil était pour lui des notions désuettes face à celle de la faim, et il ne considérait absolument pas cela comme dégradant de quelque façons que ce soit. S'asseillant en tentant de paraitre le plus innofensif possible, Toya espérait que l'homme le prendrait pour un simple chien errant. Il l'aurait bien attaqué mais il dépenserait moins d'énergie à mendier et si cet homme refusait de lui donner un peu de son repas, il le dévorerait tout simplement.

Inclinant ses oreilles sur le côté en gémissant toujours, le chien se coucha avant de poser sa tête sur ses pattes avant, restant tout de même à quelques mètres du voyageur. La prudence était mère de sureté comme on dit et malgré la joie apporté par la nourriture dans son estomac, il n'oubliait pas qu'il s'agissait d'un de ces humains pitoyables et égoistes mais peut être que celui ci se révellerait intéressant, suffisament pour être épargné en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 20 Mar - 20:17

    Shin ne rêvait pas, et les hallucinations qu'auraient put causer ces champignons précédemment dégustés n'étaient en rien réelles, si tant est que la réalité puisse se confondre aussi bien avec l'imaginaire par simple ingestion de produits alimentaire. Sa tête ne semblait pas vouloir se perdre dans un tumulte tourbillonnant lui faisant perdre l'équilibre et ses repère, il était tout ce que l'on pouvait qualifier de sain et lucide, et c'était la première fois qu'il voyait, depuis son départ à travers l'archipel, un animal sauvage " gentil ". Gentil, si on considérait l'intérêt que portait l'animal au jeune homme comme vraiment honnête, et dépourvus de méchanceté dissimulé.

    Il semblerait qu'ils partagent ensemble une volontée commune : se remplir la panse, déguster un dîner presque parfait, oublier la famine, avoir dans la bouche une saveur raffinée et peu commune, en clair : ils avaient grave la dalle.
    Pendant qu'il regardait le chien se lécher les babines, Shin sentit son estomac hurler à la mort pour obtenir une simple portion d'un met comestible, aussi mauvais soit-il. Même l'idée d'un savoureux fruit bien juteux débordant de vitalité ne pouvait évincer cette image d'un succulent morceau de viande fraîchement cuite, baignant dans une sauce soja salée à souhait et émanant une odeur des plus enivrante.

    Le jeune homme laissa presque une goutte de bave filer de sa bouche avant de se rendre compte à quel point imaginer l'impossible pouvait être douloureux. Reprenant ses esprits, il comprit que le seul moyen d'approcher le plus possible ce rêve farfelus de nourriture était de se démener pour obtenir satisfaction.

    " Désolé si tu voulais avoir à manger gratos, mais va falloir payer mon vieux, comme tout le monde ! "

    Il déposa ses affaires près du rocher qu'il venait d'élire comme son trône temporaire avant de ses lever et de prendre son wakizashi, pour partir enfin dans les alentours à la recherche de viande fraîche. Un bon civet pour une fois, même si les lapins ne sortaient plus des masses avec les Yokai aux alentours.

    Soudain, l'une de ces petites bestioles apparut, et Shin bondit sur l'animal avant de lui faire rendre son dernier soupir.

    " Désolé vieux !! "

    L'attente fut courte, ce qui ravit Shin qui n'avait plus qu'à faire un feu et une fois de plus patienter pour enfin se délecter de ce trophée qu'il avait bien mérité pour les services rendus à la communauté depuis un long moment déjà.

    " Si t'es patient mon vieux, t'auras une part ! "

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Dim 21 Mar - 15:19

Etrangement, le regard de ce jeune homme le mettait mal à l'aise, lui donnant l'impression d'être un lapin ou une volaile sur un plateau d'argent. D'instinct, ses oreilles se plaquèrent sur son crâne tandis que la méfiance s'insinuait dans le moindre de ses gestes, craignant que la faim aie fait perdre la tête à l'homme qui lui fesait face mais il n'en était rien apparement vu qu'il prit la parole. Stupide humain insolent, ce n'était pas une façon de lui parler, même si il ignorait son identité. Laissant échapper un bref grognement de mécontentement envers cet homme inutile, l'animal releva la tête mais demeura couché, estimant que cette frèle créature n'était pas une menace pour lui.

Tandis que l'humain s'éloignait pour aller chasser semblait il, Toya se redressa silencieusement sur ses quatres pattes et fit les quelques pas qui le séparait des affaires de l'humain inconscient. Fourrant sa truffes dans le sac , remuant joyeusement la queue malgré l'absence de denrées intéressantes, l'animal se dégagea et se transforma en un jeune homme affublé d'oreilles et d'une queue. C'était bien plus pratique d'insecpter les possesion de ce vagabond ainsi mais le résultat s'avèra décevant et l'homme laissa donc place à l'animal qui retourna se coucher comme si de rien n'était, attendant le retour du valeureux chasseur, ce qui en se fit pas attendre...

Observant le voyageur et son lapin, le chien ne put s'empêcher de japper de contentement en remuant la queue, fixant le cadavre appétissant de son regard topaze. Un autre jappement vint ponctuer les propos de cet homme étrange qui semblait avoir enfin compris qu'il avait l'obligation de le nourrir si il ne voulait pas prendre la place du lapin. Attendant donc malgré l'impatience et la faim qui le taraudait,Toya suivait chaque geste de l'homme, attendantque la cuisson de la bête soit achevé, quoique le manger cru ne l'eut gêné en rien mais si cet humain prenait la peine de lui faire la cuisine, il n'allait pas s'en priver. Observant donc son serviteur à l'action, le chien soupira d'aise avant de reposer sa tête sur ses pattes avant pour une attente plus confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Jeu 25 Mar - 16:20

Shin soupira. La journée était en train de se boucler calmement et il n'a pas croisé le fer une seule fois aujourd'hui. Ce qui n'est pas plus mal, pour une fois, il a eu un semblant de vacance dont il profita malgré lui. Après tout, même les personnes avec les plus belles intentions du monde ont besoin de repos quand elles prêchent depuis trop longtemps la bonne parole : Jesus a bien dût se reposer quand il est rentré du désert ! Jesus, un nom ou un simple mot ? D'après ce que Shin savait, il s'agissait d'une vieille religion qui existait parmi tant d'autres au sein du Nippon.
Il savait que les Kamis existaient, mais qu'en était-il de ce Jésus ?

Aucune importance a vraie dire, mais il fallait bien s'occuper l'esprit en attendant que le pauvre petit lapin ne finisse par prendre des couleurs alléchantes pour ainsi satisfaire les papilles gustatives de ce cher Shin. Mais aussi celles de ce chien qui n'était sans doute pas un chien. Shin avait marché bien longtemps pour savoir que la plupart des animaux dépérissaient plus vite que les humains, surtout dans des endroits aussi peu accueillant. Et la forêt de Aokigahara n'avait rien d'une destination clé du club Med. En plus d'être le repère de nombreux esprits, aux intentions plus ou moins louables, en prennant en considération les victimes des meurtre à qui on aurait caché le corps aux fin fonds de la forêt.

Shin commençait à se demander qui était cet animal : était-ce un Yokai qui voulait profiter d'un instant de faiblesse de la part de Shin pour pouvoir lui bondir dessus et lui arracher la gorge ? Ou bien s'agissait-il d'un pauvre petit animal perdu en forêt affamé et surtout se sentant terriblement seul. Il faut dire qu'en voyant pour la première fois l'animal, la deuxième description peux vite monter à l'esprit, mais si on reste un peu lucide, on se rend compte que c'est de la pour connerie que de penser qu'un pauvre petit animal perdu aurait put survivre plus de dix minutes sans servir de repas à des yokai se trouvant à proximité.

Le jeune homme sortit une bouteille de son sac et commença à boire une eau fraîche et dépourvue de saleté comme celle des lacs aux alentours. Il ne laissa aucune goutte couler de sa joue, et rattrapa avec aisance la petite dernière qui allait se faire la malle quand il referma la bouteille. L'eau était précieuse pour lui, alors chaque goutte comptait. Malgré tout, il hésita à user d'un de ses bols pour donner à l'animal/yokai/princesse et tutu/princesse ensorcelée un peu de ce breuvage.

" Bon, mon mignon, si tu veux boire et avoir une part de ce maigre repas, il va falloir mettre tes artifices au placard et me montrer ton vrai visage. "

Shin regarda l'animal qui s'assoupissait de plus en plus...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 27 Mar - 19:40

Engourdie par la douce chaleur que dégageait le feu et le fumet délicat qui lentement émanait du gibier cuisant, le chien ne gardait plus ses yeus qu'entrouvert, ne considérant pas cet homme comme une menace; un simple serviteur tout au plus. D'ailleur son diner commeçait à dégager un parfum des plus appétisant pour l' odorat délicat de l'animal qui sentait l'eau lui monter à la bouche. Il avait bigrement bien fait d'épargner cet homme, cela aurait été un véritable gacchis de perdre une personne si dévouée à son confort alimentaire.

Entendant le bruit d'un liquide, ses oreilles se dressèrent sur sa tête pour prêter d'avantage d'attention à ce son tandis qu'il ouvrait les yeux sans grande motivation. L'eau ne l'intéressait pas, qu'elle soit pure ou non; celle qu'il avait bu dans le lac un peu plus tôt et l'eau de pluie le satisfesait pleinement. Il n'était pas l'un de ces fragiles humains ou un simple animal que les maladies et virus peuvent si facilement faire tomber. Le noble animal qu'il était (bonjour modestie!) n'était autre qu'un Yokai et ce genre de désagréments ne le touchait pas. Toutefois, l'humain lui semblait y prêter une grande importance vu les précautions infinies qu'il prennait pour savourer ces quelques gorgées. Pathétique!

Alors qu'il allait refermer les yeux, cet insolent le dérangea de la façon la plus inconvenable. Sombre idiot! Le soupconner à raison d'être un yokai était une chose, mais il devait tout de même savoir que tout les Yokai n'ont pas une apparence humaine. Ce corps d'animal était tout autant son vrai visage que celui de l'humain qu'il était avant. Son regard topaze braquer sur cet humain trop prompt à accuser, l'animal se contenta d'un bref grognement. Le liquide n'avait pas d'importance à ses yeux mais il en était tout autre du lapin savoureux qui cuisait devant ses yeux. Devait il révéler son autre forme à cet impudent? Et pourquoi donc?! N'avait il pas plus facile de se laisser croire qu'il n'était qu'un chien parmis tant d'autre? Cet homme se compliquait vraiment la vie.

Après un nouveau baillement, l'animal s'étira et se redressa pour venir s'assoir plus près du gibier qui lui semblait à point. Soit , si son serviteur voulait voir à quoi il ressemblait, il se changerai mais cela dans l'unique but de pouvoir savourer la viande du lapin. Après quoi, il reprendrait sa forme canine pour se délecter des os. L'animal laissa donc place à un jeune homme aux cheveux cendrés et aux larges habits crème et chamarés, typique des temple et autre lieux dit "saint". Passant une de ses mains griffues dans ses cheveux pour dégager son regard topaze, Toya laissa échapper un nouveau grognement de mécontentement.

"Tu es bien présomptueux de m'appeller ton mignon de la sorte, et tu aurais put dire "s'il te plait". La politesse a sauver beaucoup de tes semblables lorsqu'ils ont imploré les dieux, tache de ne pas l'oublier...Toutefois, je te pardonne vu que tu m'offres le repas. Quel est ton nom insolente personne?"


T
andis qu'il s'exprimait, sa queue se balançait tranquilement derrière lui tandis que son regard topaze s'attardait sur le repas alléchant. Du bout des doigt, il modifia la position de e qui fut un animal pour permettre à la viande de dorer sous tout les angles. Parfait...

"Bien, que me veux tu ? J'ai hâte de manger et les conversations me pèsent..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mar 30 Mar - 18:51

    Shin n'aimait pas beaucoup l'attitude de ce... enfin de ce... de ce chien à vraie dire, Shin ne savait pas quoi trop en dire, mise à part que ça pouvait être un hypothétique Yokai.

    Effectivement, il était difficile de vraiment définir cet individus à plusieurs facettes, d'autant plus que chacune d'elles étaient relativement peu anodines. Entre l'apparence de canidé et celle d'un humain tout de qu'il y a avait de plus banal, en excluant les griffes sur dimensionnées pour un homme lambda, sauf si celui-ci voulait battre le record du monde des plus longues griffes. Le statut de Yokai était tout à fait prononcé, même si Shin se doutait bien que cet animal en était un bien plus souvent qu'il n'arborait une apparence humaine. Mais Shin préférait s'entretenir avec quelqu'un qui était susceptible de lui répondre avec des mots, et non avec des grognements, incompréhensibles pour le commun des mortels qui ne connaîtrait pas ce langage, ce qui n'est pas vraiment une tare quand on naît dans une colonie d'humains s'exprimant avec des syllabes et des phrases. C'est sur que c'est plus facile de se comprendre si on parlait la même langue.

    Bref, Shin appréciait déjà mieux cette attitude de l'individu qui n'avait pas vraiment l'intention d'attenter à la vie du nomade, et qui se concentrait désormais sur la cuisson du petit animal précédemment attrapé et dépecé. Le fumet qui s'échappait au dessus du feu réjouissait Shin qui continuait d'imaginer le gout sur sa langue encore et encore. Après 3 bons jours sans manger, l'heure de se faire plaisir était enfin arrivé.

    Tout ce qu'il manquait c'était un peu de riz pour se marier avec la chair tendre et fondante du petit lapin. Heureusement pour lui, ce n'était pas une meute entière qui était venue lui demander l'aumône, sinon, c'est surement lui aurait servit de repas aux bêtes. Et imaginer ne serait-ce qu'un instant sa propre chair partir en lambeau entre les crocs de dizaines de chiens ne l'enchantait guère, ce qui était tout à fait normal.

    La nourriture commençait à prendre une couleur appétissante, et il était bientôt temps pour les deux compères de la faim de rendre un immense hommage à leur estomac.
    Shin continua entre temps la discussion, toujours en se concentrant sur la nourriture :

    " Insolent ? Présomptueux moi ? T'en as de bonnes, c'est pas moi qui ai joué au petit toutou mignon pour avoir de quoi manger ! "

    En effet, pour Shin il lui était normal de s'adresser à un animal de la sorte, bien que le règne des Yokai pouvait faire penser à certains que les animaux et les humains étaient devenus égaux. Cependant, au niveau de la chaîne alimentaire, l'homme culmine au sommet de cette chaîne, et cela, on ne pourra pas le changer, malgré la concurrence féroce qu'exerce les démons.

    Vu que l'animal possédait bel et bien une forme sous laquelle Shin pourrait le comprendre Shin avait plus que raison de confronter l'animal à ses artifices alors que celui-ci se plaignait d'être considéré comme un chien, ce qu'il était au fond

    " Enfin bref, j'imagine qu'en tant que Yokai, tu dois avoir un égo démesuré, ce qui justifie tes dires, mais bon, je préfère te mettre en face de l'égo humain qui n'est pas si loin du vôtre, au moins t'auras l'impression de t'adresser à l'un de tes confrères. "

    Shin, enleva le lapin du feu, puis le déposa dans un plat qu'il sortit de son sac. Il commença à partager la nourriture en deux et à transformer l'animal en carcasse, carcasse qu'il s'empressa de mettre de côté pour le Yokai qui ne cracherait certaineemnt pas dessus.

    " Mon prénom c'est Shin si tu tiens vraiment à le savoir, et maintenant à toi de me donner le tiens si tu ne tiens pas à ce que je t'appelle Pochi, Tama ou P-chan ! "

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 3 Avr - 16:03

Obnubilé par le repas qui achevait d'être préparé sous ses yeux, Toya avait un peu de mal à prêter attention à cet humain. Après tout, quelle était l'importance des paroles d'un de ces êtres face à la perspective d'un repas? Et puis, pourquoi devait il converser avec lui... Toutefois, la défense du jeune homme le fit ricanner.

"Je n'ai pas besoin de jouer, je suis mignon de nature contrairement à d'autre. C'est le fait de t'approprier ma personne qui me dérange le plus. "

Quel étrange garçon que celui-ci. Il avait beau avoir découvert qu'il était un yokai et pas des moindre, il n'en semblait pas plus effrayé que si il avait été un véritable chien. Etait il fou ou inconscient? Peut être devrait il l'attaquer pour le ramener à la réalité de ce monde, quoi que si il se jettait sur lui, il y avait peu de chance qu'il le laisse vivant même si cet humain avait l'air particulier. Un chasseur de Yokai peut être...Des rumeurs avaient circulés jusqu'à ses oreilles comme quoi certains humains se battaient afin d'exterminer les yokais, en plus des mikos. Un ramassis de pauvres fous inconscients , voila ce qu'ils étaient pourtant ses semblables semblaient redouter ses hommes. Devait il craindre ce voyageur?...Ridicule!

Sortit de ses pensées par la voix de cet humain décidément trop bavard à son gôut, Toya tourna son regard vers lui tandis que ses oreilles pointait dans sa direction, écoutant les propos de cet insolent personnage. Comment osait il le comparer avec l'espèce humaine?! La colère la gagnait et grondait en lui, exigeant la vie de ce garçon comme dédomagement pour cet insulte. Laissant échapper un grognement tandis qu'il montrait les crocs à cet humain décidément aussi pénible que ses semblables, les oreilles plaquées sur son crâne en une attitude significative. L'envie de dépecer ce crétin le tiraillait mais il lui offrait le repas, ce geste vallait bien le pardon pour ses paroles honteuses.

"Tiens ta langue pauvre idiot avant que je ne te la dévore pour réparer tes injures. Ne me compares jamais à ton espèce , votre égo est bien plus démesuré que tu ne peux l'imaginer. Les tiens ne sont bons qu'à geindre et à implorer en sacrifiant les leurs sans hésiter pour sauver leur pauvres petite vies . Je t'interdis de me mettre dans le même sac que toi ! "


La colère inhalait de ses paroles tandis que des souvenirs douloureux assaillaient sa mémoire. La douleur et la rage qu'il avait ressentis lors de la trahison des moins, ces hommes censés incarnés la sagesse et la droiture. Les hommes n'étaient qu'un ramassis de bon à rien pourris jusqu'au plus profond de leur êtres et si certains valaient mieux que d'autre, son avis sur la question ne changerai pas. Voyant qu'enfin le lapin était cuit, Toya tenta de se calmer et détailla du regard les geste de l'homme. Entendant à nouveau la voix qu'il estimait de plus en plus désagréable, il fut pris d'exaspération. Il était inconcevable que cet homme connaise son nom, mais il était encore pire qu'il l'appelle par l'un de ces sobriquets saugrenues et ridicules. Consterné de cette situation, il répondit en tentant de contenir son énervement.

" Ignore tu l'importances du nom d'un yokai ou d'un esprit quelconque? Le nom permet de contrôler la chose, je ne peux te donne mon nom alors apelle comme tu le voudras...A réflexion, appelle moi Toya."

Si le nom n'était pas complet, cela devrait aller normalement, du moins l'espérait il sans quoi il risquait de se retrouver sous la coupe de cet insolent. La vie au temple lui avait au moins apprit ce qu'il devait éviter sous sa nouvelle forme. Son nom lui était précieux car , même si il lui avait été donné par un seigneur qui ne l'estimait pas, au moins lui était il propre.

"Mangeons tu veux bien ...Shin . "


Le remerciement viendrait après, du moins si ce Shin se révéllait être plus agréable que jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 17 Avr - 16:18

[ pardon pour le retard =_=' ]

Shin pouffait presque de rire en voyant l'animal/humain/yokai s'offusquer comme lui l'aurait été si un Yokai avait commencé à cracher sur ses origines. Cela intensifiait d'avantage l'ironie de la situation, puisque Shin était bien content de ne pas se trouver à la place du Yokai. Cependant, malgré sa mauvaise humeur, il ne lui semblait pas dangereux, et c'est pour cette raison qu'il s'amusait un peu avec lui. Peut-être faisait-il inconsciemment l'amalgame entre le yokai et sa forme animale relative au meilleur ami de l'homme, quoi qu'il en soit, leurs deux estomac pouvaient enfin se targuer d'obtenir un cadeau à la hauteur de leurs attentes.
Shin n'avait pas manger correctement depuis plus de trois jours, et son " compagnon " de fortune semblait également avoir connu une petite période de disette, le forçant ainsi à ne pas se jeter sur le jeune homme qui avait conscience de son impertinence, à juste cause, puisqu'il n'avait pas l'intention de retenir ses sarcasme face à un représentant de ce qu'il s'évertue à exterminer depuis des lustres.

"Tiens ta langue pauvre idiot avant que je ne te la dévore pour réparer tes injures. Ne me compares jamais à ton espèce , votre égo est bien plus démesuré que tu ne peux l'imaginer. Les tiens ne sont bons qu'à geindre et à implorer en sacrifiant les leurs sans hésiter pour sauver leur pauvres petite vies . Je t'interdis de me mettre dans le même sac que toi ! "

Le cabot semblait de moins en moins supporter les remarques de Shin qui ne faisait que perpétuer un conflit qui existe depuis maintenant de nombreux siècles et qui risquait fortement de ne jamais trouver d'issus, excepté une issue fatale pour les deux camps. La guerre était inévitable, tout du moins, c'est ce que bon nombre de gens s'évertuait à penser jour après jour, peut-être pour se ramener à la dure réalité quand ils commençaient à trop rêver et à se perdre dans des illusions toutes plus douloureuses qu'une morsure d'Oni dans votre gorge.

" Ignore tu l'importance du nom d'un yokai ou d'un esprit quelconque? Le nom permet de contrôler la chose, je ne peux te donne mon nom alors appelle comme tu le voudras...A réflexion, appelle moi Toya."

Le jeune homme savait qu'il n'appréciera jamais être considérer tout le long comme un chien, et bien que donner son prénom à une personne signifiait en quelque sorte qu'on perdait notre liberté, le Yokai était libre de lui donner un faux nom, mais plus facile à porter que Pochi ou P-chan.

" Bah tu vois quand tu veux, Toya ! "

Non, Shin n'avait aucune envie de se lier d'amitié avec ce Yokai. Loin de lui l'idée de nouer des liens amicaux avec un de ceux dont l'existence est pour lui, vouée à disparaître pour laisser enfin les hommes régner sur cette planète qui est la leur. Enfin, une vision bien archaïque et complètement folle du règne humain qui a bien faillit causer la perte de la planète sur laquelle tous vivaient tout ces siècles passés.
Shin était bien content de ne jamais avoir connu cette époque dont parlait tout les anciens, cette époque où la " technologie " était la maîtresse de tout, et dont les hommes étaient parfaitement dépendant. Cette " technologie " effrayait Shin, et lorsqu'il rencontrait parfois dans les grandes villes les vestiges de cette ancienne civilisation balayée par les Yokai 500 ans plus tôt, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver du dégout pour ces monstres de métal et nuisibles. Aujourd'hui, polluer ou salir le doux et frais manteau de Mère Nature était impensable, et surtout signe de grande honte, et même Shin était persuadé que c'était grâce à la nature qu'il se sortait des plus mauvaises passe qu'il pouvait connaître

" Bon appétit cher ami... enfin cher compagnon de mangeaille... "

Ami ? Et puis quoi encore ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Sam 17 Avr - 17:20

Malgré son énervement, le yokai crut discerner un sourire sur le visage de ce garçon. Sa colère prêtait elle à rire? C'était exaspérant et l'envie de surpprimer ce gamin ne s'en fesait que plus forte . Toutefois, cela valait il véritablement la peine de se fatiguer à suppprimer ce garçon? L'idiotie des humains était la seule chose qui soit infinie et rien ne la ferrait jamais disparaitre. La preuve était qu'ils étaient incapable de coexister avec une autre espèce sur cette planète: Yokai, animaux, végétaux, tous avaient à souffrir de leur présence. Les humains n'étaient que des destructeurs obstiné par leur désir...

Entendant la phrase sans intérêts de l'humain, il décida qu'il était grands temps de mettre un terme à cette conversation et se retransforma pour laisser place à cet énorme chien efflanqué qu'il était. Saisissant dans sa gueule les bouts de viande qui lui étaient attribués, il les avala rapidement avant de s'emparer des os qu'il brissa sous ses crocs avant de les ingérer. Bien, à présent qu'il avait obtenu ce qu'il désirait, il n'y avait plus de raison de supporter cet humain et après un dernier regard fauve vers Shin, l'animal s'éloigna à pas lent, remuant la queue au rythme de sa marche.

"Au plaisir de partager un autre repas avec toi..."

La politesse ne tuait pas et il était vraisemblable qu'il le suive pour le rejoindre lors de ses repas. De plus,s'il se révêllait être un tueur de Yokai,il pourrait intervenir. Certains yokai tentaient de vivre en harmonie avec les humains comme ceux qui fesaient la vaiselle en échange de quelque restes mais les humains les jugeaient mauvais ou effrayant et tentait de s'en débarasser. C'en était risible...La compréhension de l'autre était sans doute la solution pour vivre en harmonie mais il avait trop souffert que pour pardonner aux hommes. Sa rancoeur ne s'effacrait sans doute jamais et ce n'était pas plus mal d'ailleur. Un bruit le sortit de ses sombres divaguations et les oreilles pointues se dressèrent sur la tête du fauve qui retint un grognement.Etait ce son imagination ? Peut être devrait il aller se défouler dans un village pour évacuer sa tension....Jettant un dernier regard à l'humain, il grogna.

"Ne te mets pas en travers de mon chemin Shin..."

Cet avertissement donné, il disparut dans les buissons. Si sa mémoire était bonne, il y avait un village non loin dans cette direction. Un couard ou eux pourraient achever de faire disparaitre sa faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Lun 26 Avr - 13:01

    Shin avait enfin l'estomac remplit, sur le point d'éclater... bon, bien sur, c'était totalement faux, étant donné que sa portion individuelle a été pour une raison encore obscure été partagée avec une créature de la forêt, sans doute un Yokai. Shin avait déjà rencontré plusieurs Yokai désirant vivre avec les humains, et parfois, voulant les protéger de leur congénères. Enfant encore, il n'avait que pour seuls amis les animaux ou les individus louches pour les adultes, mais fascinant pour lui. Il s'était toujours demandé si il n'avait pas noué des liens d'amitié avec un Yokai ou un Oni, car encore à cette époque, il n'éprouvait pas la même haine que les adultes à l'encontre des Yokai. Il était même persuadé que les humain étaient bien plus monstrueux que ceux qu'ils s'évertuaient de vouloir exterminer, car trop encombrant pour pouvoir laisser la race humaine se développer et devenir la race dominante sur la planète.
    Mais depuis, tout ça a bien changé, bien que Shin sache tout de même mesurer ses colères quand celles-ci se manifestent.

    Il commença à ranger soigneusement ses affaires dans son sac qui avait commencé à prendre l'eau à cause de l'humidité ambiante qui semblait vouloir aussi s'infiltrer dans les chaussures du jeune homme qui étaient déjà bien pourries à cause du voyage qui n'en finissait toujours pas. Il cherchait une âme vivante depuis plus de trois jours, et la seule personne qu'il trouva était justement une entité qui en était dépourvue ( tout du moins, selon les croyances humaines et surtout Nippones ), cependant, il demeurait confiant quant à l'intégrité de cet hypothétique Yokai du nom de Toya, bien qu'il n'exclut pas sa nature animale potentiellement dangereuse pour les humains.

    " Un autre repas, et ben ça sera pas pour tout de suite... "

    En effet, le sac, sans les couverts, était désespérément vide et exempt de nourriture, que ça soit un grain de riz ou encore une graine.
    Le désespoir se lisait presque sur le visage du jeune homme qui fit tout pour ne pas se faire du mal en imaginant un repas bien plus consistant que ce petit lapin trop petit pour deux personnes, d'autant plus que son invité avait eu la chance de dévorer la carcasse avec délectation.
    Ses affaires rangées, il vit le Yokai en alerte. Sans doute du mouvement dans les environs, Shin ne s'en soucia pas pour le moment. Mais sa dernière phrase interloqua quelque peu le jeune homme :

    "Ne te mets pas en travers de mon chemin Shin..."

    Certes, on ne pouvait pas dire qu'ils étaient devenus les meilleures amis au monde, mais il ne pouvait pas se permettre de laisser ce Yokai vagabonder dans les environs, sachant qu'il approchait peut-être enfin d'un lieu où des humains pouvaient vivre.
    Discrètement, il commença à pister le Yokai qui avait prit un peu d'avance sur le jeune homme...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mar 27 Avr - 18:36

Si l'animal n'avançait qu'au pas, c'était dans le seul but d'écouter ce qui l'environnait. Le bruit qui l'avait saisit auparavant n'avait toujours pas d'explications et dans la mesure ou il n'avait pas la moindre envie de faire une nouvelle rencontre en cette journée humide, Toya prenait grands soin de se déplacer discrètement. Glissant entre les arbres, le chien inclina la tête pour humer le sol, cherchant la piste d'un villageois qui ne craindrait pas assez les yokais que pour éviter les endroits déserts. Le village n'était plus très loin à présent et il laissa échapper un grognement de hâte, savourant déjà l'humain qu'il capturerait. Comme si un simple bout de lapin pouvait calmer son appétit! Sans doute mieux fait de dévorer ce Shin sans lui laisser le temps d'ouvrir la bouche car cela l'avait mis de mauvaise humeur. Le comparer à un humain...C'était impossible à accepter pour lui qui avait rejeté les humains de toute son âme après la vie qu'ils lui avaient infligés et le massacre de son ami. Tout cela pour éviter une attaques des yokais, quelle ironie!

Grognant à nouveau, Toya laissa tomber la discrétion et courut à grandes enjambées, avalant la distance qui le séparait encore de ce garde manger qui l'attendait. Enfin, il ralentit en entendant des voix à travers la couverture végétale; au moins n'aurait-il pas à chercher loin. Tout en s'approchant silencieusement, le chien se demanda si il ne devrait pas rendre un repas au jeune homme de tout à l'heure pour ne pas avoir de dette envers lui mais dans la mesure ou il n'avait jamais précisé qu'il le lui revaudrait, ce n'était sans doute pas nécessaire.

Deux jeunes gens apparurent devant ses yeux tandis qu'il se masquait de leurs regards, salivant d'avance de ce met délicat qui s'offrait à lui. Toutefois, les deux adolescents semblaient en conflit violent et l'un d'eux n'hésitait pas à rouer son semblable de coups. Revoyant la scène ou lui même avait du subir les coups des moines, le chien ne résista pas d'avantage et bondit sur le plus grands des deux adolescents, grondant furieusement tout en dévoilant ses crocs aiguisés; écrasant de sa patte la gorge de sa victime.

"Jeune inconscient, tu vas payer ce geste de ta vie."

L
e garçon qui subissait les coups l'instant d'avant fuit en hurlant, terrorisé par son apparition. Guère étonné de cette réaction, le fauve s'apprêtait à tuer ce gamin avant d'entendre du bruit. Pressant d'avantage sa patte sur le thorax de sa victime pour l'empêcher de hurler, il frissonna en sentant deux côtes céder sous son poids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Dim 2 Mai - 14:14

    Shin essayé de pister le Yokai qui était partit précipitamment juste après avoir terminé leur maigre repas, mais au gout subtil pour Shin qui n'avait pas goûter à la viande depuis belle lurette.
    Discrètement, il avait emboité le pas du canidés, qui surement allait se rendre compte de sa présence grâce à son odorat, malgré l'humidité ambiante. Shin se sevitde cet avantage pour rester à bonne distance, cachant d'avantage sa présence dans les environs, dans l'espoir que Toya ne commette pas d'acte irréparabe.

    Quelques kilomètres plus loin, Shin commençait petit à petit à perdre la trace de Toya qui s'enfonçait encore et encore dans la forêt, jusqu'à complètement perdre sa trace.

    " Et merde... "

    Imédiatemment, il tenta par tout les moyens de trouver où il a bien put partir et surtout, espéra qu'il ne tombe pas nez à nez avec d'autres humains qui lui serviraient de dessert. Shin eu un léger pincement au cœur en pensant que le Yokai qu'il avait rencontré auparavant, et qui pourtant semblait détenir un semblant de conscience par rapport à ses congénères, pouvait ainsi s'attaquer à des humains alors que précédemment, il avait déguster un délicieux repas avec l'un d'entre eux. Après tout, il s'agissait d'un animal, malgré sa forme humaine qui pouvait justement induire le jeune Shin en erreur. Le jeune garçon gardait en lui l'espoir qu'un jour Yokai et humains pourraient vivre ensemble sans qu'ils ne se sentent obligés de s'écorcher toutes les cinq minutes, pour un oui ou pour non, ou alors parce que la tradition le demandait. et puis d'ailleurs, d'où vient cette idée stupide que tout les Yokai n'étaient que des êtres malfaisant incapable de compassion ? Cela n'a surement rien à voir leur nature de quasi fantôme, jalousant ainsi l'existence de ceux en qui un souffle de vie continue inlassablement de subsister.

    Idée stupide que celle de vouloir raisonner un Yokai qui n'a qu'une chose en tête, croquer de l'humain, mais idée d'autantp lus stupide que de considérer tout les Yokai comme des êtres aigris et sanguinaire. Shin avait toujours pensé que la raison qui expliquait la couleur de ses yeux rouges sang était très proche de l'existence des Yokai, et il pensait également qu'il était le fruit de l'union contre nature d'un Yokai ou d'un ou une humaine, n'ayant jamais connut ses parents de toute son enfance, seule sa mère adoptive pouvait répondre à sa question. Malheureusement pour lui, elle était déjà morte, et même les anciens villageois avec qui il vivait ne pourraient lui répondre de manière objective

    Ainsi pedu dans ses pensées, il ne remarqua pas qu'une silhouette arrivait à grand pas, et surtout en poussant un cri d'horreur. Ni une ni deux, il se cacha puis sortit rapidement avant de tendre son bras, projetant violemment l'individu inconnu au sol, le menaçant pour terminer de son Wakizashi

    " Pitié pitié, ne me tuez pas, s'il vous plaît !!!!!!! "

    Qu'est-ce qu'un humain seul faisait dans cette forêt sombre,e t surtout poruquoi criait-il comme il le faisait, a moins qu'il n'ai eu l'envie soudaine de se suicider, dévoré par une bête féroce grâce à sa discrétion dont il venait de faire preuve

    " T'as envie de mourir ou quoi pour crier comme ça espèce d'idiot ? "

    Shin rangea vite son arme avant de relever cet espèce d'idiot qui n'avait pas vraiment conscience de son inconscience. Il le regarda méchamment de ses yeux rouges et l'homme face à lui ne tarda pas à délier sa langue :

    " Pardon pardon pardon, mais je me suis enfui !! Un chien énorme a bondit sur mon pote !!! J'ai eu peur, tellement peur !!!!!! "

    Si il y' avait bien quelque chose qu'il n'aimait pas, c'était les lâches qui s'enfuyaient, en plus d'être plus bruyant que ce qui leur avait fait peur juste avant.

    " Crétin... "

    Shin partit en courant, entraînant le jeune garçon avec lui, car il s'agissait visiblement d'un adolescent paumé comme tout ceux de son âge. Lui tenant la main, il courut en direction des autres cris qui s'étaient ensuite tuent l'instant d'après. Il ne pouvait désormais se fier qu'à son instinct pour retrouver le mec qui était surement en train de se faire bouffer pour une raison ou pour une autre.
    Quelques enjambée plus tard, il arriva dans une petite clairière délimité par des buisson avant de découvrir ce qui devait être Toya, écrasant celui qui devait être en compagnie du gars qu'il tenait avec le bras.

    " HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGH !!!!!!!!!!! "

    Shin ne put rester de marbre en entendant le garçon hurler une fois de plus, qu'il l'assoma a coup de poing dans le pif.

    " Tant pis pour toi... "

    Son compagnon de bref voyage dans le cirage, il le laissa dans les buissons avant de s'approcher de Toya et de sa victime qu'il étouffait de son poids.

    " C'est bon laisse le respirer ! Tu pouvais pas te contenter de fruits des bois pour te faire un dessert ? Et toi, qu'est-ce t'as foutu pour que ton pote te laisse tomber comme une merde ? "

    Toujours avec autant de détachement, il essaya de trouver une issue favorable pour tous dans ce conflit absurde où Shin se sentait responsable de la santé des deux humains, mais aussi des actes du canidé duquel il espéra un comportement raisonnable, car il n'avait vraiment pas envie d'en venir au mains...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Ven 7 Mai - 15:21

Bien bien, voila que son partenaire de diner se joignait à lui, peut être espérait il qu'il lui laisserai un morceau ...Il ne faut pas rêver, Shin n'était pas plus là pour lui tenir les couverts qu'il ne partagerait sa victime. Observant le fuyard de ses yeux topaze chargés d'amertume, le fauve poussa un léger grognement avant d'appuyer délibérément plus fort sur sa victime qui voulut hurler mlagré le manque d'air, ne produisant qu'un cri rauque. Déplaçant son regard sur Shin, l'animal remua doucement de la queue avant de relever doucement la patte, la maintenant néanmoins au dessus de la poitrine de sa jeune victime, tel l'épée de Damoclès.

"Je n'ai jamais été très fruits, je dois bien te l'avouer. Par contre, les garçons violents et dominateurs me fondent sous la dent. Un véritable délice, tu devrais essayer au lieu de me regarder ainsi."

Fermant les yeux un moment, une de ses oreilles s'inclina sur le côté, indiquant une hésitation dans l'esprit de Toya. Devait il poursuivre et affronter son chasseur de lapin ou abbandonner pour cette fois? Rien ne l'empêchait de revenir l'achever plus tard, il était patient et avait la vie devant lui. Bien, c'est donc ce qu'il ferrait. Repprennant forme humaine, il remit en place son Hakama-shita qui lui glissait des épaules. Voila ce qui arrive quand on vole des vêtements sans prêter attention à la taille! Marchant tranquilement vers Shin, ses cheveux se balaçant souplement au rythme de ses pas jusqu'à ce qu'il s'arrette à côté de son insolent favori.

"Il ne pourra pas te répondre dans l'immédiat mais n'hésite pas à lui demander une fois de plus ce qui fait que son...Ami l'a abbandoné de la sorte. Si tu ne comprends pas pourquoi les yokais en veulent aux humains, tu le découvrira rapidement."

Les yeux fermés tandis qu'il parlait à l'humain avec un sourire moqueur, ses paupières se relevèrent tandis qu'il reprennait sa route dans la forêt, la faim étant toujours bien présente. Shin ne pourrait ni ne voudrait le suivre partou ou il irait, viendrait donc un moment ou il pourrait se rassasier en paix sur la carcasse de l'un de ses cloportes. La clémence ne tenait pas une grande place dans ses qualités même si il savait épargner une proie qui lui semblait en valoir la peine, mais le yokai savait par expérience que la diète ne lui allait pas et provoquerait sans doute plus de victimes qu'il n'en ferrait en mangeant à sa faim. Le village n'était pas loin, peut être devrait il assez s'y satisfaire pendant que Shin opérait ici. Si la frayeur que provoquait son apparition chez les villageois les poussaient à déserter, il se contenterait bien volontier du bétail. Le gout n'était pas aussi subtil que celui d'une femme ou d'un jeune homme mais cela lui épargnait l'effort de devoir chasser. De plus, il ne serrait pas souiller des pensées impures qu'ont ces gens qui se refusent à la mort, cherchant à tout prix un moyen d'être épargnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 12 Mai - 14:22

    [ désolé pour le retard encore une fois, mais j'ai beaucoup de boulot =_= ]

    Shin ne savait pas comment réagir face à Toya qui restait au fond un animal désireux de manger de la viande fraîche à n'importe quelle heure de la journée, pour peu que son estomac le lui demande comme il le peut. Il restait au dessus de sa proie dans que Shin puisse faire quoique ce soit. Sa ligne de conduite était de protéger quoi qu'il en coûte tout humain de n'importe quel danger, mais à cet instant précis, en regardant l'autre individu, Shin se demanda alors ce que ce garçon avait put faire pour mettre en rogne son partenaire de dîner, aussi affamé puisse t-il être. Toya reprit ensuite sa forme humanoïde avant de relâcher totalement son emprise sur sa proie que peinait à respirer après avoir vu ses poumons se faire compresser par le poids imposant de l'animal. Il se rapprocha de Shin qui n'avait pas l'intention de se montrer hostile face à Toya, qui ne faisait que répondre à un besoin naturel que lui-même avait éprouvé il y a de cela quelques heures. Certes, il n'avait pas eu l'envie frénétique de découper la chaire fraîche d'un humain encore dans la fleur de l'âge, cependant, Toya étant loin d'être un humain, éprouvait évidemment d'autres besoins que Shin n'imaginerait même pas en son for intérieur.

    "Il ne pourra pas te répondre dans l'immédiat mais n'hésite pas à lui demander une fois de plus ce qui fait que son...Ami l'a abbandoné de la sorte. Si tu ne comprends pas pourquoi les yokais en veulent aux humains, tu le découvrira rapidement."

    L'animal avait finalement l'intention de laisser la vie au jeune homme, malgré la faim palpable qui grouillait dans son estomac le laissant encore espérer pouvoir obtenir enfin une bonne bouchée d'une viande fraîche en fondante.
    Ses paroles firent frissonner Shin : cela lui rappela alors à quel point l'être humain pouvait être désespérant et surtout totalement hypocrite et égocentrique lorsqu'il s'agit de sa survie. Shin se doutait bien que le jeune garçon qu'il avait croisé dans la forêt ne pouvait pas se balader seul, et même si il habitait non loin de là, une personne ne serait jamais assez stupide pour s'isoler comme un crétin dans la noirceur d'un bois peu accueillant. Toya ayant tiré sa révérence pour s'en aller on ne sait où, Shin s'approcha de l' " ami " étouffé qui continuait de gémir malgré la disparition du poids sur son torse. Visiblement, Shin avait affaire à de petits gamins immatures qui n'avaient que pour objectif que de se faire peur l'un et l'autre, ou encore prouver leur supériorité par une technique d'intimidation datant d'il y a cinq siècles et on ne peut plus ridicule, sauf efficace pour mettre sa vie en danger. Il aida le jeune homme à se relever puis lui donna un violent coup de poing dans le coin de la figure, avant de le renvoyer au sol :

    " Ça va pas dans votre tête de vous balader comme ça, sans armes ? Vous avez un problème ou quoi ? Si vous vouliez vous suicider, autant vous jeter du haut d'une falaise, au moins personne ne vous aurait rattraper !!!! "

    Shin tourna son regard alors vers l'autre peureux qui était sur le point de mouiller son pantalon, les larmes coulant déjà sur ses joues, et la peur se lisant avec aisance sur son visage trempé par ses larmes. Il aida une nouvelle fois à relever le dernier garçon qui se retrouva alors avec une grosse boule sur la joue et un regard décrépit, plus dégouté que apeuré.

    " Vous habitez dans le coin où il faut que je vous tienne la main sur plusieurs dizaines de kilomètres avant de me décider à vous noyer dans un lac tellement vous m'aurez pompé l'air avec votre connerie ? "

    Les deux adolescents acquiescèrent avant de lui indiquer la direction de leur village, ou campement, Shin e pouvait pas se prononcer pour le moment, et surtout espérait qu'il ne s'agissait pas d'autres nomades qui lui ferait plus perdre son temps qu'autre chose.

    " Par là ? Aller, bougez votre cul, on y va !! "

    Les deux jeunes hommes avancèrent sans dire un mot, et Shin leur emboita le pas en grommelant, se disant qu'il aurait peut-être dut les laisser se faire bouffer par Toya qui pour une fois, bien que Shin eu des frissons en pensant à ça, avait de bonnes raisons de vouloir bouffer un idiot de crétin d'humain plus intéressé par sa misérable existence que par le bien être des autres : l'égoïsme était le défaut le plus détesté du jeune homme qui avança en silence, et dont le poing le démangeait agressivement, tellement l'envie de cogner une fois de plus l'autre crétin était grande...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mar 18 Mai - 17:59

Trouver l'endroit du campement ne fut pas difficile, il lui suffit de suivre l'odeur des deux adolescents. Apercevant un bout de toile entre les branchages, le jeune homme en l'espace d'un sourire, laissa place à un énorme chien aux teintes canelle. La truffe levée, l'animal inspira profondément les odeurs que lui portaient le vent : une dizaine de personnes présentes tout ou plus, et plusieurs têtes de bétails. Voila qui fesait bien son affaire.

Un long hurlement retentit à travers la forêt, message d'avertissement à cette population de diner sur pattes, leur signalant qu'il fallait fuir immédiatement. Poussant d'un mouvement d'épaules les branches qui lui barraient le passage, grondant en dévoilant ses crocs à qui restait suffisament longtemps que pour les voir. Bondissant vers un humain d'avantage pour l'effrayer que par réel désir de le tuer, il prit plaisir à les voir détaler comme des lapins, bien que cela excite ses instincts de chasseurs. S'asseyant , le monstre observa les boeufs qui devaient sans doute servir à tirer les chars, ces braves bêtes tirant sur leur liens en beuglant de peur devant le prédateur qui s'offrait à eux. La langue pendante, le chien se pourlècha les babines avant de se redresser et d'avancer à pas lent, balançant les épaules avec grâce lorsqu'il ramassa ses postérieurs sous lui et bondit à la gorge du premier animal, égorgeant le ruminant sans plus de détails. Aspergé du fluie vital de sa première victime, Toya sentit le sang envahir son pelage et poussa un bref grognement avant de tuer le second animal qui poussait des beuglement assourdissant, blessant l'ouie fine du chien démoniaque.


Tandis que la montagne de muscle s'écrasait à ses pattes, le fauve prit la peine de faire un brin de toilette pour se débarasser du sang qui lui occultait la vue avant de s'attaquer à son repas, trempant ses pattes dans le sang qui s'écoulait sur la terre, imbibant les racines et les plantes de sa douce chaleur anciennement porteuse de vie. Oui, il était un tueur et n'y voyait aucun remords. Une vie de servitude ne lui avait pas épargné ce triste destin qui avait été le sien alors à présent qu'il était devenu ce qu'il était, rien ne l'empêcherait d'assouvir ses instincts. Si il avait faim, il mangeait; si il était énervé, il tuait; rien de plus ou de moins.

Entendant du bruit, l'animal releva sa truffe imprégné de sang, machonnant un bout de viande tandis que ses oreilles ses dressaient sur sa tête pour trouver l'origine du bruit. Shin les avait ils déja ramené? Peut être pourrait il les achever à présent. Attendant au millieu de son carnage de savoir ce qu'il en était, Toya reprit sa toilette , attendant tranquilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 15:01

Shin est les deux jeunes marchèrent d'un pas décidé en direction de leur campement, Shin ayant cruellement besoin d'un peu d'eau pour réhydrater sa gorge après avoir vociféré sur les deux gamins responsables de son stress actuel. Ces deux derniers avançaient en silence dans les bois, silence qui commença a agacer Shin qui ne voulait qu'une seule chose : égorger ces deux énergumène pour rayer de la carte deux autres imbéciles avec en guise de cerveau un trognon totalement pourris. Shin n'en pouvait plus de ne rien savoir de ces deux jeunes qui semblaient plus préoccupés par les trous dans leurs chaussures que par la confrontation qu'ils ont eu avec Toya il y a a peine quelques dizaines de minutes :

" Qu'est-ce que vous foutiez tout les deux aux fins fonds d'une forêt bourrée de Yokai, désarmés et surtout en train de gueuler comme des idiots ? "


Shin s'était stoppé net et refusait de continuer tant que ces deux énergumènes ne se soient pas justifié devant le nomade qui était sur le point d'achever le travail que Toya avait commencé. L'un des deux, le plus jeune et surement le plus traumatisé, daigna se justifier devant le mercenaire :

" Euh... et bien... "


Shin se demandait s'il allait sortir un gros bobard pour passer moins con que ce qu'il avait put voir auparavant, mais la suite de la réponse n'allait pas tarder a se faire entendre :

" On était à la recherche de nourriture avec mon pote mais... "

Le plus vieux, décidément bien plus énervant que son benêt d'ami et possédant une attitude désinvolte à faire rager le Dalai Lama le coupa net dans sa justification avant de commencer à hurler, comme pour rejeter la faute sur un autre individus absent, technique typique des gens irresponsables de leurs actes :

" On peut pas dire que tu sois mon pote mec, t'es tellement con que j'ai bien faillit me faire bouffer par un cleb's ! T'es vraiemnt qu'un minable, si j'avais sût je t'aurait déjà tué là... "

Shin ne retint pas son poing qui atterrit une fois de plus dans le coin de le gueule de ce jeune présomptueux qui cessa aussitôt d'agir comme un ado rebelle et écervelé.

" Je vais faire comme si je ne t'avais jamais entendu parlé, et on va tout de suite reprendre la route, parce que sinon vos deux corps risquent de se retrouver ensevelis six pieds sous terre ! "

Shin prit par les vêtements les deux adolescent et leur emboita le pas vers leur campement qui n'était plus très loin.

Quelques centaines de mètres plus loin, une odeur bizarre atteint les narines du nomade qui lâcha aussi sec les deux boulets pré-pubères : il courut en direction de l'odeur suspecte avant d'arriver devant l'entrée du campement de voyageur dont pouvaient faire partit les deux garçons, qui restèrent bouche bée face au calme ambiant.
Il firent quelques pas avant de tomber face à face avec une carcasse de bœuf dégoulinant de sang. Toya était juste à côté,nettoyant son pelage brun du sang qui avait giclé lors de son attaque sur l'immense bovin qui n'a pas put lutter contre le Yokai agressif et mourant sans doute de faim. Shin, toujours son arme dégainé, chercha autour une âme qui vive : visiblement, tout le monde avait fuit, ou bien avait périt sous les crocs de l'animal en furie.

" Pourquoi ça ne m'étonne pas ? "

Question stupide, certes, étant donné qu'il avait plus de chance de trouver Toya ici plutôt qu'un autre monstre : soit il aurait pas eu de chance, soit Toya aurait fait preuve de bonne volonté, comme il l'avait fait avant avec ces deux jeunes débiles qui avaient rejoint Shin face au Yokai.

" OH MERDE !!!! "

Les deux garçons fuirent et partirent dans la forêt, laissant Shin seul face au Yokai qui venait tout juste d'ingurgiter de la bonne viande fraîche.

" A ce que je vois, l'appel du ventre est bien plus puissant que tout autre appel, je suis à la fois fasciné et effrayé. Enfin, effrayé, tout est relatif... "

Quelques minutes plus tard des bruits de pas arrivèrent dans leur dos : les voyageurs, armés cette fois-ci, étaient revenus, le courage en plus. Sans doute avaient-ils compris qu'ils étaient fac à un seul Yokai, et qu'ils avaient peut-être une chance de le tuer s'ils combinaient leur force. Les deux jeunes garçons étaient avec eux, eux aussi ayant trouvé on ne sait-où suffisamment de courage pour revenir avec des sabres qu'ils auraient chipés à un de leurs aînés.

" Lui, il est avec le Yokai !! C'est un traître, il faut le tuer lui aussi !!! "

Shin n'en revenait pas : non seulement il avait sauvé deux abrutis, mais en plus ces même abrutis le firent passer aux yeux de toute une communauté pour une renégat protégeant les Yokai. La tension était palpable, et Shin ne savait plus quoi faire : après tout, il tuait des Yokai, jamais des humains, et cette perspective ne l'enchanté guère...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 18:32

Après un dernier coup de langue rapeuse sur sa patte, l'animal s'ébroua avant de se redresser.Il avait presque réussit à se débarasser de ce liquide poisseau qu'était le sang lorsque enfin Shin fit son apparition avec les deux imbéciles qu'il avait tiré de ses griffes. Quel gachis vraiment, si jeunes et si fondants ... Les voila qui repartaient en courant entre les arbres, donnant une folle envie au monstre de les poursuivre pour les massacrer, plus par plaisir maintenant qu'il était rassasié; mais Shin ne bougeait pas et il pit la peine de lui répondre.

"Parcque je t'ai clairement laissé entendre que je comptais manger...Je n'ai pas tué d'humains pour le moment, soit tranquile. Je me moque pas mal de tes émotions, donne moi une seule bonne raison de me retenir. Le gibier fuit à cause d'eux et je préfère être chasseur que chassé."


V
oyant ses deux victimes désignés revenaient à la charges accompagné, le fauve poussa un doux grondement de satisfaction, sachant pertinemment que ce n'était pas ses quelques armes qui causeraient sa perte. Toutefois, les paroles des diners sur pattes lui arrachèrent un sourire à l'allure carnassière de par sa morphologie. Lui, avec le Yokai? Comme si Shin était digne d'être à ses côtés! Bien qu'il soit mieux que la plupart des hommes qu'il eut rencontré, il ne restait qu'un moralisateur idéaliste et buté.

"As tu entendu? Tu est désormais à mon service, ils ne veulent plus de leur sauveur..."

P
laquant ses oreilles sur son crâne, il fit quelques pas dans leur direction, appyant sa démarche tout en relevant lentement les babines, dévoilant ses crocs auguisé avant de pousser un long hurlement, le regard braqué sur les deux jeunes dont il pouvait sentir la peur. LA peur, chose délicieuse à sentir, elle qui fesait monter l'adrénaline dans le corp de ses victimes; un parfum de victoire. Bondissant, il s'interposa entre le mangeur de lapin et les autre, claquant des dents en direction des sabres. Bien qu'il ne soit absolument pas effrayé, il préférait éviter toute blessures. A présent qu'il avait récupéré ses forces en mangeant, supprimer ces quelques gens allait être une tache des plus aisée. Gonflant le poil, le chien grandit encore un peu jusqu'à atteindre sa taille réelle, presque aussi grands que les boeufs qu'il venait d'abattre avant de donner un coup de patte sur l'une des lames qu'il envoya se ficher dans un arbre avec un grognement de satisfaction.

"Puisque son sort vous désintéresse, j'en prends mon parti et en ferait ma pitance."


G
rondant sourdement pour appuyer ses propos, il se retrourna pour refermer ses crocs sur les vêtements de Shin, pestant intérieurement qu'il n'aie pas d'avantage de couches car ses dents entaillaient la chair de son partenaire de diner. Quoiqu'à réflexion, cela rendait la scène plus plausible avec le sang qui dégoulinait le long du dos de soit disant traitre, toutefois l'odeur du sang lui montait à la tête. Ses pupilles se rétractèrent, laissant d'avantage de place à l'iris topaze du fauve qui grondait en bavant, savourant d'avance le festin qui s'offrait à lui. Tirant sa "victime" en arrière, il s'éloigna à reculon tout en menaçant du regard le petite groupe, espérant qu'ils renonceraient sans quoi il devrait les réduire enc harpie, ce qui l'arrangerait mais offusquerait sans doute Shin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 20:11

( EDIT : je crois que c'est la première fois que je répond aussi vite, mais je constate que j'ai pas beaucoup fait évolué la situation o_O )

Shin était plus que scandalisé par l'attitude de ses semblables, bien plus stupides et aux actes insensés qu'un Yokai ou un Oni guidé par sa soif de sang inexorable et interminable. Il n'avait pas vraiment peur, loin de là, excepté la peur de devoir contre-attaquer et retourner son épée sur des gens qu'il était quand même censé protéger, et non dépecer. La simple idée de devoir les maitriser par la force le déplaisait, et c'était bien là la seule contrainte en tant que Nomade, protecteur des fidèles. Il savait qu'il avait fait ce choix en mémoire a sa mère adoptive qui ne voulait qu'une chose : que son fils adoptif mène une vie paisible et loin de tout danger. Effectivement, après mûres réflexions, on se demande vraiment comment Shin pouvait rendre hommage à cette figure maternelle qui lui a inculqué des valeurs pleines d'espoir et d'humanité, valeurs dont il commençait à se demander s'il n'était vraiment pas le seul et unique individus de l'archipel à essayer de respecter. Durant tout son périple, jamais il n'avait rencontré d'humains capable de compassion et de réflexion avant 'agir à la hâte, sans connaître les fins mots des histoires sordides auxquelles il avait bien put assister.

Cela lui rappela une histoire vraiment étrange et cruelle : il y a de cela quelques mois, Shin était dans la région froide et hostile de Hokkaido, là où les yokai étaient les plus féroce et où la population était la moins dense. Il découvrit une petite communauté composées d'environ deux milles habitants, tous réunit dans une vallée, protégée par une Miko extrêmement puissante qui avait fait dont de son enveloppe charnelle pour ainsi veiller par le biais de l'omniprésence de son âme sur ces fidèles fragiles. Shin assista au sacrifice de la Miko qui ne vit aucune objection à perdre la vie pour atteindre un statut quasi divin, tout ça pour veiller sur la vie de milliers d'individus dont la plupart ignoraient totalement son existence. Effectivement, beaucoup d'enfant naquirent, et très peu de parents prirent la peine de raconter le combat éprouvant que la Miko dût mener pour que leur vie soit la plus confortable possible. Il la soutint durant des semaines, et essaya même de la dissuader de sacrifier son existence pour des personnes ingrates et qui n'auront sans doute aucunement l'intention de la remercier, hormis ceux qui comme Shin le soutinrent jusqu'au bout. C'est surement la première fois que Shin tomba amoureux, et malheureusement pour lui, son amour fut aussi éphémère que son séjour, poussé vers la sortie par son dégoût et sa tristesse.

Malgré tout, il tenta de garder espoir dans la nature humaine, et bien malheureusement pour lui, il rencontra beaucoup d'humain comme ceux de cette vallée, que de personne dont la bonté pouvait égaler celle de la Miko qui n'avait pas de nom. Elle était née pour protéger ses semblable, et elle mourut dans ce même objectif.

Une profonde tristesse s'empara de Shin lorsque les villageois l'accusèrent à tort. Quoique, Toya semblait seulement guidé par sa faim, et la chair humaine semblait être un met de luxe pour l'animal qui pouvait très se contenter de viande bovine que de viande humaine. A ce moment précis, il pensa que Toya était bien plus humain que ces fous qui n'avaient pas redonné d'espoir pour le jeune homme, qui se laissa prendre par les crocs du Yokai.
Toya l'éloigna des villageois en l'attrapant par les vêtement, le blessant par la même occasion. La douleur, Shin ne la ressentait pas. Tout du moins, pas à ce moment précis, et le fait de saigner lui était totalement égal.

A ce moment, Shin se rappela également d'une phrase de sa mère, qui résonnaient encore dan sa tête :


" Je sais que tu n'es pas comme les autres, mais souvient toi que quoi qu'il arrive, tu dois réfréner ta colère. "

En quelque sorte, rester ZEN. Mais Shin savait que ses yeux rouges n'étaient pas de cette couleur par un pur hasard, et l'idée qu'il pète un plomb pouvait porter préjudice à ces personnes qu'il désirait tant tuer, à l'instar de Toya qui lui parvenait à laisser sa colère de côté.

Il se laissa emporter par Toya, et se demandait s'il allait vraiment servir de dîner pour le Yokai qui avait quand même prit le temps de remplir son estomac tout à l'heure...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 20:36

Une bande de loques peureuses et tremblantes, c'était tout ce qu'était ces humains! Les voir reculer de la sorte en levant leurs armes avant de se satisfaire du sort qu'il réservait au "traitre" lui donnait envie de les massacrer tant cela lui rappellait son passé. Couards, craintifs, laches, imbéciles....Tout ces mots lui venaient à l'esprit pour définir les humains pourtant, celui qu'il tenait entre ses crocs et dont l'odeur affriolante pour ses sens le torturait semblait quelques peu différent. Etait ce pour cela qu'il le sauvait? Le fauve hésitait et ses oreilles indiquaient ce doute en s'inclinant de côté, donnant à l'animal un air contrit malgré les crocs ensanglantés. Il lui avait offert le repas, avait conversé avec lui tout en sachant pertinemment sa véritable nature; c'était un fait, ce Shin était une étrangeté différente de ces semblables. Relevant la tête pour ne pas que les jambes de son repas lui trainent dans les pattes, le fauves bondit à travers la végétation, tentant tant bien que mal de protéger son fragile butin. S'éloignant de la ridicule menace que représentaient les nomades à pas de géant qu'il était pour ces ridicules créatures qu'étaient les hommes, Toya finit par lacher son colis près d'un ruisseau ou il but quelques lapées pour se débarasser de cet mets alléchant qu'était le sang de Shin. Satisfait, le chien releva la tête avant de laisser place à l'humain qui rattrapa adroitement la manche de son Hakama-shita qui se fesait une fois de plus la belle. Il faudrait vraiment qu'il emprunte à long terme de nouveau vêtement au prochain village. Relevant le bas de sa tenue, il incisa le tissus de sa griffe pour ensuite le déchirer en une longue bandelette qu'il jetta à Shin .

"Tu me dois une faveur....Explique moi juste une chose, pouruqoi t'obstines tu à vouloir sauver ses déchets? Pourquoi crois tu que les Yokai soient là? Ces pleutres n'étaient que des cafards, tu aurai mieux fait de me laisser les dévorer."

A
vançant à pas rapide vers son mangeur de lapins, il lui saisit le menton pour l'obliger à le regarder, un sourire narcquois aux lèvres.

"Nous sommes à l'humain ce qu'est le renard au lapin, tu sais ce qu'est la chaines alimentaire pas vrai, alors en quoi est ce si rebuttant qu'un Yokai se repaise d'un humain? Vouloir sauver le monde est le comble du ridicule. Explique moi...."

N
on, il ne parvenait vraiment pas à comprendre pourquoi Sjin s'évertuait à tenter de sauver les hommes. Lui même n'avait que faire des autre yokais, seule sa vie comptait. La générosité et l'altruisme n'étaient que de jolis mots synonimes de débilité à ses yeux. Ses yeux topaze fixaient le visage de l'humain avant de déceller un détail qui ne l'avait pas frapper avant: rouges...Des yeux aussi rouges que les amaryllis fleurissant au printemps. Ce n'était pas une couleur d'humain conventionnel. Un nouveau sourire se profila sur ses lèvres tandis qu'il mesurait les possibilité que sa théorie soit fondée. Si son idée se révéllait exacte, il pourrait s'amuser assez bien avec ce petit Shin défenseur de l'humanité et pourfendeur de Yokai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 21:28

Shin comprenait parfaitement le comportement de Toya qui avait surement vécut et enduré des sévices de la part d'humains par le passé, de par sa nature animale qui pourrait faire croire à une créature fragile et sans défense. Mais les paroles de Toya ne lui faisaient ni chaud ni froid : a vraie dire, dans un sens l'animal avait raison, cependant, il n'était vraimenat pas le mieux placé pour parler du retour des Yokai parmi les vivants, pour la bonne raison qu'il n'était pas le responsable de leur retour. Au fond, il n'était qu'un membre d'une communauté qui cherchait la liberté, et malheureusement pour les humains, eux et les Yokai ne pouvaient pas coexister, tout du moins, c'est ce que la majorité des personnes pouvait penser, comme toujours : on se base sur des statistiques globaux, sans penser aux avis personnels d'individus à part. On se contente de mettre en avant l'avis d'une majorité souvent triée sur le volet pour que ceux qui mettent en place le vote puisse obtenir avec une forte probabilité le résultat escompté.
Toya ne pouvait en aucun cas prendre la place de moralisateur pour Shin, car lui aussi, tout comme le canidé, avait des raison d'agir comme il le fait, tant pis s'il ne les comprenait pas parce qu'ils ne sont pas de la même race.


" Tu voudrais comprendre pourquoi je m'évertue à sauver des moins que rien qui ne méritent en rien mon aide ? "

Le sujet était lancé, et les protagonistes parfaitement illustrés : des moins que rien n'ayant aucune notion de compassion ou de vertus.

" Une faveur, certes, mais ne mets pas sur mon dos les fautes commises par mes semblables ! "

Ses semblables, il ne pouvait que les désigner de la sorte. Car parler de famille ou de communauté serait de la pure folie, sans compter l'absurdité du rapprochement, bien trop facile et uniquement basée sur des critères archaïques et subjectifs pour un Yokai.

" Pour moi évidemment ça tombe sous le sens, puisque je suis un humain : j'aide ceux de ma race ! Cela te surprend j'imagine : ce genre de concept, typiquement humains, que vous Yokai ne comprendrez surement jamais de votre vie, aussi longue soit-elle ! "

Shin ne savait pas quels mot employer pour faire comprendre au Yokai que c'était dans sa nature de vouloir sauver les gens de son espèce, tout comme il était dans la nature de Toya de tuer avec sang froid des humains imprudents. Le Yokai souriait avec délectation devant l'état de décomposition de Shin qui n'arrivait pas digérer le fait que ses semblables se soient retournés contre lui, sous prétexte qu'il défendait aussi bien un Yokai que des humains. Il n'arrivait pas à accepter cette joie que pouvait dégager Toya devant la situation désastreuse dans laquelle, bien malgré, il s'était fourré comme un bleu.

" Rigole autant que tu voudras, ta vision archaïque de la vie me fitplus pleurer qu'atre chose. Longtemps j'ai été persuadé que même les Yokai pouvaient être plus humains que nous autres, etj'avais dans l'espoir que tu sois dans ce genre, étant donné que tu m'as presque sauvé la vie. "

Toya parlait de chaîne alimentaire, mais ce qu'il ignorait, c'est que même les animaux pouvaient aller à l'encontre de leur nature et porter secours à l'un de leur congénère. Certes, la nature humaine avait beaucoup de lacunes, mais les animaux n'étaient pas pour autant le meilleur exemple d'une vie sans tâches.

" Ce n'est pas parce que vous pouvez sembler être supérieurs à nous que vous devez vous sentir plus fort. Bon nombre de Yokai se font disséquer par des humains, aussi faibles soient-ils, et toi aussi tu n'échappera pas à cette règle que tu me donnes en exemple. La grosse bête ne mange pas forcément à tout les coups la petite, mais le contraire n'est pas à exclure. Ta trop grande confiance en toi risque de causer ta perte. "

Shin n'hésita pas à employer les grands mots pour enfin faire comprendre à son interlocuteur ce qu'il s'évertuait à essayer d'éclaircir : s'il était passé par quatre chemins, rien n'aurait avancé, et Shin n'aimait pas les situations qui stagnait, et il était temps que cela évolue...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Mer 19 Mai - 23:23

Décidément, ce gamin semblait passionné par son mode de vie, c'était à la fois fascinant et agaçant. Toyan'avait envie que d'une chose: lui faire ouvrir les yeux. Il l'écouta déballer toute sa grande théorie sur le besoin de sauver ses semblables avant de s'approcher de lui pour commencer à le déshabiller, comptant le soigner vu que le jeune homme était trop emporté pour le faire soi même. Il ne voulait pas avoir déchiré ses vêtement pour rien, ce n'était aucune ment pour le bien être de Shin. Glissant la bandellete sur le bas de l'épaule, il la maintenant en place d'une main avant de faire glisser le tissus le long de la peau humain, se moquant totalement de la pudeur de Shin.

"Tu as raison, la notion d' "espèce" me désintéresse totalement, je ne m'attache qu'à l'individu , comme la plupart des yokai que tu insultes si aisément. La personne est jugée entant que telle et non pas comme un spécimen d'une espèce. Nous sentons les émotions ainsi que les âmes et tu peux me croire, tu serai malade de voir à quoi ressemble la plupart des hommes. Il est temps de te déniaiser gamin."


I
l était insolent à nouveau, "plus humain"....Quelle sotise! L'humanité n'avait rien d'une qualité , c'était une plaie, rien d'autre; et il n'avait que faire de ses larmes. Pourquoi aurait il dut être indulgent avec des humains qui ne savaient que craindre et offenser sans jamais se remettre en question. Sa vie humaine avait été un calvaire quasi continue et on lui avait arraché son seul sujet de réconfort de la plus horrible des façons qui soit. Des images du petit chien blanc lui traversèrent l'esprit tandis qu'il serrait les doigts, entaillant de ses griffes l'humain qu'il tentait de soigner. Non, les humains n'étaient que des vermines et les rares exceptions telle que celle qu'il tenait entre les mains semblaient déterminée à périr pour les cafards qu'ils étaient.

"Dis moi alors ce que je devrais faire, attendre de périr à mon tour sous les lames d'humains craintifs, tout comme de nombreux yokais prêt à les défendre? Tes congénères ne sont pas capable de différencier leurs protecteurs de leurs ennemis, tu l'as bien vu n'est ce pas? Imagines tu le nombre de yokais qui ont périt pour vaoir tenté de les protéger, envahit par la haine et le regret à leur dernier instants. Ma confiance en moi vient du fait que je sais à quoi m'en tenir contrairement à d'autre...Arrette de remuer , tu perds ton sang abruti."

C
ette conversation le fatiguait à présent, et il connaissait justement un excellent moyen de faire taire cet humain si emporté. Toya n'avait pas à porter la croix de tout les Yokais, il vivait sa vie, le reste lui importait peu. Attrapant les bras de Shin d'une poigne ferme , il le fit basculer sur le sol avant de bloquer son corps du sien.

"Si tu continues ta polémique avec tant de véhémence, je te violerai suffisament fort pour que tu ne puisses t'assoir durant trois jours. La faim n'est pas le seul appétit que nous éprouvions tu sais..."

S
errant un peu plus fort les poignet du jeune homme avec un sourire enjoliveur, le yokai se plaiait à imaginer la réaction et les penser de ce jeune niais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

○ Fondateur ○

○ Fondateur ○
avatar


Messages : 352
Localisation : Quelque part
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Jeu 20 Mai - 14:07

Toya s'obstinait de plus en plus à essayer de lui faire avaler sa théorie individualiste et égoïste que Shin supportait de moins en moins, et il pourra le torturer autant qu'il voudra, jamais il ne changera d'avis, c'est un fait. Toya le prend sans aucun doute pour un imbécile, et tout ce qu'il pouvait raconter n'était basé que sur un point de vue subjectif.

" Pourquoi n'arrives-tu pas à comprendre que je n'ai rien d'autre dans la vie ? " Je n'ai aucune attache, aucun liens, et je vis déjà une vie solitaire depuis ma plus tendre enfance ! "

Effectivement, Shin n'avait absolument rien d'autre dans la vie, et ça pouvait vraiment sembler puéril, voir complètement fou. Il a ainsi vécut depuis si longtemps, et même si parfois il était conscient que beaucoup trop d'individus n'étaient jamais reconnaissants, c'était mieux pour lui. Il agissait toujours de manière désintéressée, et des déceptions, il en a eu beaucoup. Peut-être était-il masochiste, ça on l'ignorait encore, mais le plus important c'est que lui aidait ceux qui étaient dans le besoin, et puis c'est tout. C'était dans la nature humaine après d'éprouver des remords lorsqu'une personne en difficultés demandait de l'aide et qu'on ne faisait rien.

" Et pourquoi parles-tu d'individus alors que tu fais toujours référence à l'être humain dans sa généralité la plus totale ? Crois-tu vraiment que j'allais me laisser faire dans ce village, pour ton plus grand plaisir ? Tu critiques ma vision obstinée, mais toi aussi tu es aussi obstiné ! Cesses un peu d'essayer de me raisonner, tu perds ton temps ! "

La question a se poser c'était pourquoi Toya n'avait-il pas encore essayé de le tuer au lieu de perdre son temps avec un humain qu'il méprisait autant que les autres parce qu'il était aussi têtu qu'une mule ? Shin savait que les Yokai n'avaient jamais eu une vie en tant qu'humain très rose, et il savait pertinemment qu'essayer de lui faire comprendre que beaucoup d'humains étaient de la même souche que lui, à savoir empli de compassion d'amour pour la vie. La vie, Toya l'avait perdu, sans doute à cause des humains, car si il en parlait avec autant de véhémence, ça n'était surement pas uniquement à cause de son statut de Yokai. Toya avait beaucoup trop d'amour propre pour comprendre Shin, bien qu'il essayait de lui imposer son point de vue noir du monde actuel. Certes, les Yokai étaient de retour sur Terre pour une bonne raison, mais certainement pas parce que les humains avaient offensé la Nature, ou quoi que ça soit, sinon, l'espèce humaine aurait déjà été rayée de la carte depuis un long moment.

" Me violer ? Arrêtes un peu, c'est pas parce que je suis blessé que je te laisserais me toucher aussi impunément ! "

Shin n'avait pas peur de Toya, il avait déjà affronté des Yokai bien plus puissant que lui. A ce moment là, ses yeux prirent une couleur rouge sang, un autre secret sur son existence qu'il n'avait pas encore éclaircit et que d'après sa mère adoptive seul un Yokai pouvait comprendre. Pourquoi un Yokai d'ailleurs ? Shin avait déjà songé au fait que du sang de Yokai coulait dans ses veines, mais cette perspective le rebutait plus qu'autre chose, et il ne voulait pas se rendre à l'évidence, aussi farfelue soit-elle. Après tout, il n'avait jamais connu ses parents, et sa mère adoptive n'a jamais put répondre à toutes les questions qu'il a put se poser depuis sa mort.

Ces yeux devenus rouge écarlate, il repoussa violemment Toya qu'il envoya valser sur quelques mètres avant de se relever pour constater la mare de sang qui avait totalement recouvert le sol sous son dos. Il ôta le haut de sa tunique et la rangea dans son baluchon. Il fallait maintenant qu'il trouve de nouveaux vêtements, s'il ne voulait pas mourir de froid durant son périple qui ne trouvera sans doute jamais de fin : sans attache, sans lien avec quiconque, il lui était difficile de trouver autre chose à faire que de partir à la recherche de toutes ces choses qui lui permettront de vivre une d'humains que cette fois-ci, le Yokai pourrait comprendre.


" Ça ne sert plus à rien que nous tentions de nous comprendre mutuellement : je comprend néanmoins que tu puisses exécrer ainsi la nature humaine pour ce qu'elle a put te faire subir durant ton existence en tant qu'humain ou en tant que Yokai, mais n'oublies pas ce que tu as dit : tu ne t'attaches qu'à l'individu. Comment peux-tu te faire une idée si tu tues instantanément chaque humain que tu croises ? "

Une question avec une réponse délicate sans doute, motivée par des expérience passée : il était évident qu'on ne pouvait pas changer du tout au tout par un claquement de doigt, en oubliant ses expériences passées...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
L⓿ve me Dead...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nippon-sekai.forumactif.com

○ Yokai ○

○ Yokai ○
avatar


Messages : 27
Humeur : mausade

MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   Jeu 20 Mai - 14:42

Les propos concernant l'homme et sonhumanité passèrent au dessus de lui tandis qu'il n'y prêtait plus la moindre attentionn obsédé par l'envie d'agacer ce corps qui lui semblait différent. Et voila que le petit Shin se rebiffait, c'est qu'il avait du mordant ce gamin mais il se délecta autant de sa colère que du changement qu'il perçut dans son regard, cet éclat vif bien trop beau que pour être humain. Cela dit, il ne s'était pas attendu à être expulsé de la sorte et atterit adroitement accroupit, une main levé pour se protéger d'une attaque possible sans toute fois déployé toute sa puissance mais voila que le jeune homme se déhsaillait.Bah, il était consentant finalement? La queue de l'humanoîde (mais à quoi pensez vous? XD) remuait joyeusement derrière lui tandis qu'il se relevait avant de constater qu'il rangeait ses vêtements. Han, c'était donc parcque le sang l'avait taché? Quelle dommage, Shin ne savait pas ce qu'il manquait. Frustré, il prit la peine re replacer ses habits qui dégringolaient une fois de plus le long de sa peau.

"Dis moi, tu ne ferrai pas simplement tout ça pour trouver ta place parmi les humains et pour te faire accepter ? Parcque tu le sais ou tu t'en doute déja, les iris rouges ches les hommes, ça n'existe pas..."

P
assant une main dans ses cheveux en bataille, il ricanna, certain que cette vérité devait troubler son petit mangeur de lapin avant de tourner les talons pour s'éloigner tranquilement, ses pieds griffus forçant leds plantes à l'inclinaison sans toutefois les briser en bonne force de la nature qu'il était.

"Je ne t'ai pas dévoré de suite me semble t-il, tout comme tu n'as pas de preuves que je n'ai pas attendu avant de les attaquer. Tu portes des accusations sans réfléchir, ne crois pas pouvoir me comprendre après si peu de temps...Demi sang."

G
rands Dieux, restez bien dans vos temples car l'inugami prennait un malin plaisir à se jouer de cet étre si particulier. Sans doute allait il le suivre un bon moment avant de décider de ce qu'il en ferrait mais our l'instant, il allait se contenter de le surveiller et de le déniaiser lentement mais sûrement. S'appyuant dos à un arbre, le chien remua encore un peu de la queu tandis qu'il dévorait du regard Shin. Quel merveilleux joujou que celui que le ciel venait de lui offrir. Le seul souccis était qu'on risquait de vouloir lui voler, il avait beau être un yokai imposant et pour le moins puissant, il ne ferrai pas le poids face à un oni ou un kami déterminé. Il poussa un soupir à cette pensée avant de se déshabiller, non par pour profiter du corps de Shin -quoique- mais pour lui lancer ses vêtements avant de revêtir la forme de chien de taille moyenne, un format plus pratique pour voyager que sa taille réelle.

" C'est moi qui aie déchiré tes vêtements , et ils sont trop larges pour moi. Utilise ça avnt de prendre froid, il émane des gens maldes une odeur nauséabonde pour le moins désagréable."

E
t il serait vraiment dommage que son petit passe temp sur patte se retrouve hors service. S'asseyant tranquilement sur son postérieur, le chien se roula tranquilement dans les herbes basses avant de se redresser pour aller boire à nouveazu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Réveil d'une sieste   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réveil d'une sieste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nippon Sekai : le nouveau monde :: L'archipel du Nippon :: ::: Honshu ::: :: ○ Forêt Aokigahara-